Voici 5 pistes à explorer pour découvrir votre propre méthode de travail.

Écrire n’est pas toujours chose facile. Seul devant votre écran ou votre feuille, vous avez fréquemment l’impression de tourner en rond. Sur le web ou dans les livres, les conseils et les recettes magiques ne manquent pas. Mais horreur et dépit, cela ne fonctionne pas pour vous !

On ne panique pas, il existe des solutions :

  1. Avant tout, déculpabilisez et ne stressez pas :

C’est vrai, les auteurs sont parfois prompts à partager les solutions qui fonctionnent pour eux, en des termes parfois très péremptoires : « la seule manière de … », « il faut … ». Mais ce qu’ils oublient de dire, c’est tout ce qui n’aboutit à rien pour eux mais fonctionne très bien pour d’autres.

J’ai souvent vécu cette frustration, mais j’ai finalement découvert mes propres réponses. Faire le plan des intrigues, réfréner mon envie de me lancer le nez au vent au gré de mon inspiration, m’astreindre à une routine, même si ce n’est pas toujours simple, ne pas m’éparpiller sur plusieurs histoires simultanément (ça c’est le plus difficile pour moi !), même si elles viennent me taquiner.

Je pourrais longuement disserter sur les bienfaits que j’y trouve mais j’évite de le faire. Parce que ce qui fonctionne pour moi peut ne pas vous convenir, être une perte de temps pour vous et l’impasse vous ferait douter.

Donc cherchez votre propre process d’écriture, essayez des choses mais ne vous mettez pas la pression quant à la réussite de ces techniques. Ça ne donne rien de probant ? Ce n’est pas grave, essayez autre chose, vous finirez bien par trouver !

 

  1. Le corolaire logique du premier point est d’accepter de vous remettre parfois en question :

Vous essayez des techniques qui vous attirent, qui semblent peut-être convenir, mais acceptez-vous de laisser une chance à toutes les techniques ?

Ne rejetez pas de piste sous le simple prétexte que « ça c’est sûr, ça ne marchera pas pour moi ! ». Ce que vous pensiez valable ne fonctionne pas, alors …
Restez curieux, ouvert d’esprit et positif devant toutes les approches. Qui sait ….

 

  1. Pas de formule magique universelle mais tout de même une vérité incontournable :

Vous n’arriverez jamais à écrire si vous n’écrivez pas ! Ça ne donne rien ? Ça ne vient pas ? Vous préférez attendre que tout soit prêt dans votre tête ? Vous vous y mettrez demain, la semaine prochaine, dans 6 mois, quand vous en aurez le temps… hummmm

Il va falloir à minima établir une forme d’habitude.

Pas forcément tous les jours, mais il faut garder le contact, un contact régulier, avec l’écriture. C’est comme en amour, il faut tisser un lien avec « l’autre », sans quoi rien ne peut se faire.

J’ai promis, je ne veux pas vous mettre la pression, mais je m’accorde tout de même ces quelques réflexions :

  • Essayez de fixer avec l’écriture des rendez-vous fréquents, ne laissez pas trop de jours espacer vos rencontres, même si vous n’écrivez pas longtemps.
  • Des repères récurrents peuvent vous aider : écrire au même endroit, se fixer une durée mini quelle qu’elle soit, même si vous restez face à une page blanche parfois, ne pas se laisser distraire par internet dans ces moments-là… expérimentez vos propres repères.

Enfin et surtout, puisqu’écrire est important pour votre bonheur et votre équilibre, sachez protéger cette priorité.

 

  1. Respectez votre inspiration et ayez confiance.

Plus de personnes que vous ne l’imaginez s’engluent dans leur histoire, arrivent peut-être au bout mais avec un sentiment d’insatisfaction, tout cela parce qu’ils sont passés à côté de leur vraie émotion, de leur intuition, de leur inspiration, bref de l’histoire brute qui palpitait en eux.

On hésite parce qu’on ne veut pas froisser, parce qu’on se censure, on craint ce que nos proches pourraient penser, ce qu’ils pourraient reconnaître dans notre inspiration, on veut faire bien, on veut plaire au lecteur, à un hypothétique mais tant rêvé éditeur, on imagine ce qu’il veut lire… alors on fait un peu d’eugénisme littéraire, on trahit, on passe sous silence, on édulcore….

Ce qui palpite en vous est unique et n’appelle aucune censure. Ne vous mutilez pas, soyez fier de vous.

 

  1. Et une fois qu’on a fait tout cela, une fois qu’on y est arrivé, on fait quoi ?

Eh bien… on ne s’endort pas forcément sur ses lauriers. Parce qu’une vie d’auteur est longue et riche, on accepte de peut-être recommencer ! On accepte de se remettre en question si nécessaire, on ne s’enferme pas définitivement dans notre bulle, on reste ouvert, on teste encore, on affronte les échecs, les mises en dangers….

Votre zone de confort doit vivre et grandir avec vous.

 

On échange quand vous voulez sur ces passionnantes questions,

Bon week-end d’écriture et de soleil à tous !

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s